Comme une montagne russe…

Une saison de compétition est parsemée de hauts et de bas et c’est ça qui rend le processus excitant. Si l’on performait toujours au même niveau cela deviendrait monotone et évidemment on ne s’améliorerait pas. Lors d’une année complète d’entraînement et de compétition, on fait souvent face à de l’adversité, que ce soit dû à une blessure, un résultat décevant, un manque de motivation…ou parfois les trois à la fois! C’est la façon avec laquelle on se relève de ces moments plus difficiles qui importe et qui nous rend plus fort.

Suite à la Coupe du Monde de Edmonton, j’ai pris quelques jours de repos pour guérir mes blessures et laisser un peu tomber la vapeur. J’étais évidemment déçu d’être tombé, mais j’étais aussi déçu de ma performance, plus particulièrement de la portion natation. Une déception se traduit généralement par un manque de motivation, mais après quelques jours ça se transforme au contraire en source de motivation. J’étais donc, après quelques jours, très motivé à me dépasser à chaque entraînement. Toutefois, quand on se dépasse, on dépasse souvent nos limites physiques et on oublie nos douleurs… et nos blessures. En voulant pousser un peu trop  lors d’un entraînement de course à pied, j’ai aggravé ma blessure à la hanche que je m’étais faite lors de ma chute à Edmonton. Ce n’étais pas une grosse blessure, mais peut importe le niveau de blessure, ce n’est jamais plaisant puisque ça nous empêche de s’entraîner comme on le voudrait et ça prend toujours beaucoup de temps à guérir, particulièrement lors de la saison de compétition parce que l’on doit continuer de s’entraîner.

Grâce au CDESL (centre de développement de l’excellence sportive des Laurentides) et à Action Sport Physio, j’ai reçu de nombreux traitements, ce qui m’a grandement aidé. Grâce à eux j’ai pu quand même compétitionner à Québec et à Magog. J’ai également participé à une compétition de 10 km de natation en eau libre dans le cadre de la Traversée du lac MemphréMagog pour le plaisir… si on considère 2h30 à souffrir dans de l’eau glacée, du plaisir! Ce fut vraiment long et vraiment difficile… mais ce fut une très belle expérience et je souhaite y participer encore l’année prochaine. J’avais mon coach privé: Philippe Tremblay, qui m’a enduit de vaseline avant la course, encouragé et ravitaillé lors de l’épreuve. Sans Phil, j’aurais certainement coulé au fond de l’eau après seulement quelques tours. Je crois que je n’ai jamais été autant « bonké » après une course! 😉10 km magog

« Bonké » après mon 10 km d’eau libre!

Il me reste encore quelques compétitions à ma saison; je fais le 5 km de DDO cette semaine, puis je vais participer au triathlon Rev3 du Maine. Ensuite je vais probablement prendre part à quelques cross-country et je vais finir ma saison à Puerto Rico avec une Coupe Pan Am.

Donc la montagne russe n’a pas fini de monter et de descendre… espérons seulement qu’elle va surtout monter!Image

Triathlon lac Delage

training à Sutton

Entrainement de vélo avec Phil Tremblay à Sutton

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s